lodj.tv

lodj.tv


Alger, dernier joker de Macron ? - Par Souad MEKKAOUI

Chaîne : Vodcasts
Partager | Exporter | Notez
Qu’on se le dise sans équivoque : Le Maroc, devenu une puissance régionale, dérange. Sa diplomatie de plus en plus offensive exige la transparence, la clarté et surtout un traitement d’égal à égal. Ceci ne plaît pas, bien entendu, à l’ancienne puissance coloniale qu’est la France. Pourtant, en août de l’année dernière, le Quai d’Orsay déclarait que le « Maroc est un grand pays ami de la France avec lequel elle entretient un partenariat exceptionnel ». Mais en politique, l’évidence même est qu’il n’y a pas d’amis, il n’y a que des intérêts qui régissent les liens et les relations.

La visite qu’entame le Président français en est la meilleure illustration, bien entendu. En se rendant, aujourd’hui, et pour trois jours en visite officielle en Algérie, Emmanuel Macron dévoile bien ses cartes juste quelques jours après le discours royal où Sa Majesté le Roi Mohammed VI où il a appelé les partenaires à adopter une position claire :
« S’agissant de certains pays comptant parmi les partenaires du Royaume, traditionnels ou nouveaux, dont les positions sur l’affaire du Sahara sont ambiguës, Nous attendons qu’ils clarifient et revoient le fond de leur positionnement, d’une manière qui ne prête à aucune équivoque».

En décembre 2017, au tout début de son premier quinquennat, Macron avait fait une visite éclair en Algérie qui lui a attiré les foudres de la droite et de l’extrême droite en France. A ce moment-là, les relations entre les deux pays s’annonçaient plutôt bien. Le jeune président novice avait beaucoup parlé de la guerre d’Algérie et qualifié la colonisation française de « crime contre l’humanité », reconnaissant « au nom de l’État » les crimes de l’armée française à Alger, laissant croire à une éventuelle repentance. Il avait même lancé le projet d’un musée de l’histoire de France et de l’Algérie à Montpellier, toutefois, cela n’avait trouvé aucun écho de l’autre côté. Ne sait-il pas que le système algérien ne prend jamais une main tendue ?

Le nouveau Président est très vite rattrapé à la nuque par un long passif et un contentieux dur à faire oublier. C’est un marécage de sang et quelque 132 ans de colonisation qui séparent la France des Algériens. D’ailleurs, les réactions sur les réseaux sociaux montrent à quel point la population rejette la visite de Macron dont elle n’attend rien.

Seulement et comme l’avait bien dit feu Hassan II, « La politique est un peu semblable à la météo, on progresse par temps clair ou par temps couvert, chaque fois, il faut percer les nuages de l’avenir ». Et pour la France, une éclaircie vient de l’Algérie.

Une mise au jeu sous haute tension

Il est clair que la France, paternaliste jusqu’au bout avec ses anciennes colonies, perd du terrain comme une peau de chagrin. Et si l’ancien ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, a déclaré à l’AFP qu’il « ne voit tout de même pas bien l’intérêt d’une telle visite actuellement puisqu’il n’y a pas de changement récent dans les relations avec l’Algérie », Macron, lui, tient à forcer le changement ou du moins donner l’impression à la communauté internationale. L’objet de la visite étant, bien entendu, d’apaiser les tensions et les contentieux tout en essayant de reconstruire des relations diplomatiques entre les deux pays et renforcer la coopération franco-algérienne. Une visite qui se veut « tournée vers la jeunesse et l’avenir » comme souligné par l’Élysée, cette jeunesse qui n’a pas vécu les affres du colonialisme et qui pourrait constituer pour Macron une carte à jouer.

Mais pour cela, il devra, avant tout, dissiper les tensions cumulées suite aux propos injurieux et méprisants tenus à l’égard de l’Algérie. Pour rappel, lors de sa campagne électorale de l’année dernière, Macron avait insinué que l’identité nationale de l’Algérie s’était forgée sous domination française tout en ajoutant que les dirigeants algériens avaient réécrit l’histoire de la lutte pour l’indépendance en se nourrissant de haine à l’égard de la France.

Aujourd’hui, si l’histoire d’un passé douloureux est toujours présent dans la mémoire collective des Algériens, les enjeux politiques, économiques et sociaux sont les plus pressants.

Mais la tâche ne sera pas facile pour le Président français surtout quand tout divise les deux pays. Mais peut-être que leur point en commun, du moins pour le moment, les rapprochera : le fait d’en vouloir au Maroc chacun pour des raisons propres à lui.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre chaîne sur YouTube : https://bit.ly/2UDicWw
En DIRECT - Suivez L'ODJ TV ici : https://bit.ly/3mrgSBE
Notre Web Radio en streaming : https://bit.ly/3gIR2FN
Notre site : https://www.lodj.tv/
Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/LODJMAROC
Suivez nous sur Twitter : https://twitter.com/lodjma
Groupe de presse Arrissala Maroc : https://arrissala.ma/



Suivez nous
 
Télécharger notre application


Nous lire


     Portail lodj.ma      Magazine Web   
Nous écouter


    Web radio     Spotify         Deezer      Apple podcast        Google podcast  
Nous voir


     Lodj Live     Youtube   ;  Dailymotion  



     A propos de nous     Charte Editoriale      CGU     Regie publicitaire      Proposer une vidéo & Wébinaire