lodj.tv

lodj.tv


Dessalement de l’eau de mer : une priorité absolue pour le Maroc - Par Hafid Fassi FIHRI

Chaîne : Vodcasts
Partager | Exporter | Notez
Le Maroc devrait compter une vingtaine de stations de dessalement de l'eau de mer en 2030 . Une volonté accentuée d'exploiter les sources non-conventionnelles pour garantir la sécurité de l'alimentation en eau potable .

Le dessalement tous azimuts pour répondre au stress hydrique.

Produire une eau potable à un prix abordable,  et surtout soutenable socialement et économiquement, a toujours été un enjeu majeur et stratégique pour un pays semi-aride comme le Maroc .

Un pays où les aléas climatiques, avec des sécheresses à répétition, sont combinés à une agriculture qui engloutit 9O% des eaux et à une pression démographique soutenue .

D’après la Banque mondiale, le Royaume est dans une situation de «stress hydrique structurel».

Pour preuve, entre 1960 et 2020, les ressources hydriques renouvelables disponibles ont diminué, pour passer de 2.560 m3 à environ 620 m3 par personne et par an .

Tirer la sonnette d'alarme n'est plus suffisant car pour mesurer l'ampleur de cette situation critique, il faut savoir que le barrage qui alimente les villes de Rabat et Casablanca est non seulement vide aux trois quarts , mais chaque jour il perd 250 mille m3 destinés à l'Agriculture ! 

Nonobstant le débat sur l'irrigation qui n'est pas encore à l'ordre du jour, le Maroc devait trouver des solutions face à
l'amenuisement  des réserves des barrages en investissant tous azimuts l'immense potentiel des  ressources non-conventionnelles .Et parmi ces ressources, il y a les eaux usées qui ont cette extraordinaire qualité d'être produites en permanence à condition d'être stockées dans des stations d'épuration au lieu d'être relâchées vers la mer .

Et puis, il y a le dessalement de l'eau de mer avec un réservoir inépuisable le long des 3500 kilomètres de littoral dont bénéficie le Royaume.

Une facture salée pour le dessalement ? 

Malgré les évolutions technologiques, le dessalement de l’eau de mer demeure une technologie relativement chère par rapport aux techniques conventionnelles. Mais , la baisse du coût des énergies renouvelables, appelées en principe à représenter une bonne partie du mix énergétique en 2030,  devrait augmenter incontestablement la compétitivité de l’eau dessalée au Maroc .

Lire la suite

Abonnez-vous à notre chaîne sur YouTube : https://bit.ly/2UDicWw
En DIRECT - Suivez L'ODJ TV ici : https://bit.ly/3mrgSBE
Notre Web Radio en streaming : https://bit.ly/3gIR2FN
Notre site : https://www.lodj.tv/
Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/LODJMAROC
Suivez nous sur Twitter : https://twitter.com/lodjma
Groupe de presse Arrissala Maroc : https://arrissala.ma/



Suivez nous
 
Télécharger notre application


Nous lire


     Portail lodj.ma      Magazine Web   
Nous écouter


    Web radio     Spotify         Deezer      Apple podcast        Google podcast  
Nous voir


     Lodj Live     Youtube   ;  Dailymotion  



     A propos de nous     Charte Editoriale      CGU     Regie publicitaire      Proposer une vidéo & Wébinaire