LODJ.TV

Hôpital Ibn Sina : démarrage des travaux de construction du nouveau CHU de Rabat

Durée : 3min 9sec | Chaîne : Santé & Bien être
Partager | Exporter | 3 vues | Notez



 
Le démarrage des travaux de construction du nouveau CHU de Rabat ne devrait plus tarder. Le marché de démolition et de terrassement vient en effet d’être attribué au groupement SGTM / TGCC pour un montant de 1,55 milliard de DH. Ainsi, comme prévu le nouveau centre hospitalier Ibn Sina verra le jour en 2023.

Du nouveau pour le projet en cours du nouvel centre hospitalier de la capitale du Royaume devant abriter près de 1.000 lits. Le marché de construction a été attribué au groupement SGTM / TGCC pour un montant de 1.557.136.662,60 DH.

L’offre du duo SGTM / TGCC s’est avéré plus avantageuse que celle de leur concurrent Jet Contractors qui avait misé sur 1,59 MMDH. Il s’agit du lot 2 comprenant les travaux de construction du nouvel hôpital : gros oeuvre, charpente métallique, étanchéité, cloisons sèches, revêtements, faux plafond et peinture.

Tous les indicateurs sont au vert pour le démarrage des travaux de construction, en témoigne le Projet de Loi de Finances (PLF) de 2022 qui a alloué 23,5 milliards de dirhams (MMDH) du budget général de l’État au ministère de la Santé, et passant par le montant colossal de près de 6,9 milliards de DH consacrés à l’investissement, auquel le ministère de la Santé contribue à hauteur de 1,1 milliard de dirhams pour initier le chantier de cet hôpital aux normes high-tech. L’objectif du projet, selon ses initiateurs, est d’apporter une réponse aux signes avancées d’obsolescence de l’actuel hôpital et aux besoins accrus en la matière de la région Rabat-Salé-Kénitra.

Un projet qui ne date pas d’hier

L’attribution de ce marché vient donner vie à un projet dont la réalisation est attendue depuis plusieurs années. En 2013 déjà, les responsables du ministère de la santé parlaient de reconstruire le CHU Ibn Sina de Rabat, le premier de grande taille édifié au Maroc (construit en 1954) dont l’architecture n’est plus adaptée à la médecine moderne et dont l’infrastructure est dépassée.

Après un premier appel d’offres infructueux, un concours de conception architecturale a été lancé en 2016. Le marché a été attribué au moins disant selon les normes. Les travaux devaient commencer en 2017 mais rien ne s’est passé… jusqu’au mois de février 2019. Quelles étaient les raisons de ce retard ? Personne n’en connaît la réponse. Le processus a été interrompu en 2016 alors que des groupements d’architectes avaient été désignés. Les offres n’étaient-elles pas à la hauteur des ambitions des pouvoirs publics ? Ces derniers n’ont-ils pas mis la barre suffisamment haute pour une infrastructure censée être une vitrine du système de santé au Maroc ? Ce qui est sûr, c’est que cette fois-ci tous les signaux témoignent que le projet de construction est sur le bon chemin de réalisation.

Au moment opportun…

Le coup d’envoi de ces travaux intervient au moment où l’épidémie a frappé de plein fouet nos hôpitaux, notamment Ibn Sina de Rabat, dont le service de réanimation avait affiché complet lors du pic de la troisième vague en fin juillet 2021, avec la présence à cette date de 23 cas graves de Covid-19, ce qui portait à 80 le nombre de patients Covid hospitalisés au CHU, en comptant ceux admis en soins intensifs, comme l’a indiqué Abdelmalak Hroura, directeur de l’hôpital dans une déclaration à nos confrères le360.





L'odj avec L'opinion 



 

Nouveau commentaire :