lodj.tv

lodj.tv


L’ombre royale plane sur Alger - Par Ahmed NAJI

Chaîne : Vodcasts
Partager | Exporter | Notez
L’éventuelle participation du Roi Mohammed VI au 31ème sommet de la Ligue arabe, prévu les 1er et 2 octobre à Alger, donne des cauchemars au régime algérien.

Depuis que l’hebdomadaire français « Jeune Afrique » a fait part, le 12 septembre, d’un éventuel déplacement du Roi dans la capitale du pays voisin de l’Est pour prendre part aux travaux dudit sommet, la presse algérienne semble saisie d’une véritable crise d’hystérie.

Plusieurs raisons peuvent expliquer ce malaise chez les dirigeants du pays voisins et leurs médias aux ordres.

Ils ont d’abord fait croire aux Algériens que le sommet arabe aller se dérouler sans le Maroc, Alger ayant rompu ses relations avec Rabat, le 24 août 2021.

Les médias algériens paraissaient même se délecter de cette hypothétique absence, interprétée comme une sorte de succès de la diplomatie algérienne.

Suite aux pressions de nombre de pays arabes sur Alger, faisant comprendre à cette dernière que la tenue même du sommet arabe chez elle dépendait de la présence ou de l’absence du Maroc, les dirigeants algériens ont fini par plier et annoncer l’envoi d’un émissaire spécial porteur d’un message d’invitation adressé au Souverain.

De fait, Alger a avalé des couleuvres les unes après les autres, en ayant cumulé les concessions aux pays du Golf et à l’Égypte pour éviter l’échec, voir l’annulation pure et simple, dudit sommet.

De la tentative des dirigeants algériens d’inviter le président syrien Bachar Al Assad, dont le pays a été exclue de la Ligue arabe en 2011, il ne reste plus que des cendres. Moscou et Téhéran ne doivent pas être satisfaits de leurs valets en Afrique du Nord.

Les dirigeants algériens sont, effectivement, particulièrement doués pour s’attirer l’animosité des pays arabes.

Il faut être très stupide pour s’imaginer que le rapprochement entre Alger et Addis-Abeba, au moment ou l’Égypte et le Soudan sont en conflit avec l’Éthiopie à propos du grand barrage érigé par cette dernière sur le Nil, n’allait pas susciter l’ire du Caire et de Khartoum.

Pour les autres pays arabes qui ne sont pas directement concernés par cette mésentente entre l’Égypte et le Soudan d’un côté et l’Éthiopie de l’autre, la prise de position algérienne relève d’un manquement à la solidarité inter-arabe. Pour ne pas dire une trahison.

Les yeux doux que fait Alger à Téhéran n’ont pas, non plus, échappé à l’attention des pays du Golf, dont l’animosité envers l’Iran n’est pas à démontrer.

C'est-à-dire qu’au moment ou un certain nombre de pays arabes essayent de faire front commun contre les ambitions hégémoniques de l’Iran, cette autre prise de position douteuse d’Alger ne pouvait que lui attirer des inimitiés.

Aussi, quand les dirigeants algériens ont entonné l’hymne à l’unité arabe, leur hypocrisie a aussitôt été soulignée. Peut-on parler d’unité arabe quand on rompt, de manière unilatérale, les relations avec son plus proche voisin, qu’on lui ferme son espace aérien et que l’on se range dans le camp adverse des pays arabes ?

Lire la suite

Abonnez-vous à notre chaîne sur YouTube : https://bit.ly/2UDicWw
En DIRECT - Suivez L'ODJ TV ici : https://bit.ly/3mrgSBE
Notre Web Radio en streaming : https://bit.ly/3gIR2FN
Notre site : https://www.lodj.tv/
Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/LODJMAROC
Suivez nous sur Twitter : https://twitter.com/lodjma
Groupe de presse Arrissala Maroc : https://arrissala.ma/



Suivez nous
 
Télécharger notre application


Nous lire


     Portail lodj.ma      Magazine Web   
Nous écouter


    Web radio     Spotify         Deezer      Apple podcast        Google podcast  
Nous voir


     Lodj Live     Youtube   ;  Dailymotion  



     A propos de nous     Charte Editoriale      CGU     Regie publicitaire      Proposer une vidéo & Wébinaire