LODJ.TV

Le Comité scientifique valide la troisième dose de vaccin

Durée : 2min 58sec | Chaîne : L'Air du temps
Partager | Exporter | 3 vues | Notez


 

Le Comité scientifique a validé l’administration de la 3e dose de rappel du vaccin anti-Covid. Le démarrage de l'opération attendra la publication d'un communiqué officiel du ministère de la Santé.

 

Comme en France, le Comité scientifique marocain valide l’injection d’une 3e dose de rappel du vaccin anti-Covid-19 pour les personnes à risques, à commencer par les frontliners.
 

Il s’agit, en premier lieu, du personnel de la santé, tous âges confondus, 

 

« De nombreux professionnels de la santé ont été atteints du Covid. Le but est donc de les protéger, étant en première ligne à affronter ce virus ».: nous apprend pour sa part Dr Said Afif, membre du Comité. 

 
 

« Avec le variant Delta, de nombreux médecins, infirmiers et techniciens vaccinés ont été infectés, ce qui a causé leur absence et donc la perturbation de l’activité du secteur de la santé. Cette décision intervient alors pour les protéger, afin qu’ils puissent être présents, et au service du citoyen », ajoute Dr Said Afif, rappelant que « ces gens sont debout, sur la première ligne, depuis le début de la pandémie, soit en mars 2019 ». 

 

Il rappelle également que le Maroc dispose déjà de « ressources humaines limitées dans le secteur de la santé », d’où l’importance de démarrer avec cette catégorie.

 

Cette opération concernera également les personnes âgées. Le Comité recommande de démarrer avec la catégorie des plus de 65 ans, mais la décision finale revient au ministère de la Santé. 

 

Les personnes atteintes de comorbidités seront également ciblées. Comme pour les personnes âgées, la limite d’âge sera fixée par le ministère.

 

Par ailleurs, le Comité scientifique  fait savoir que la 3e dose de rappel devrait être injectée 6 mois au minimum après la 2e dose du vaccin. 

 

La campagne de vaccination a démarré fin janvier 2021 au Maroc. L’administration des premières doses, visant les frontliners, les personnes âgées et celles atteintes de comorbidités, a donc démarré en janvier. Les secondes, 21 à 28 jours après, selon le vaccin administré, soit à partir du mois de février. Cela veut dire que l’injection de la troisième dose devrait démarrer à partir de ce mois de septembre. « La majorité du personnel de la santé ont complété les 6 mois après la seconde injection du Covid », assure notre source. Toutefois, le lancement de cette opération attendra la publication d’un communiqué officiel du Ministère de la Santé.

 

Pour ce qui est de la nature du vaccin, « on peut intervertir entre différents vaccins, comme cela a été validé dans plusieurs pays dans le monde », ajoute notre interlocuteur. 

 

Ainsi, les personnes ayant reçu deux doses de Sinopharm pourront se voir injecter une troisième dose du vaccin AstraZeneca par exemple, et inversement. « Tout dépendra de la disponibilité de vaccin ».


 

L'odj avec Médias24



 


Nouveau commentaire :