lodj.tv

lodj.tv


« Le Dernier Mot » reçoit Mr. Ryad Mezzour, Ministre de l’Industrie et du Commerce

Chaîne : Le dernier mot
Partager | Exporter | Notez
« Le Dernier Mot » émission du bouquet L'ODJ TV animée par le consultant en stratégie Mr. Ali Bouallou, a reçu Mr. Ryad Mezzour, Ministre de l’Industrie et du Commerce pour discuter du développement de l’industrie et du commerce au Maroc dans le contexte mondial actuel.   

Ryad Mezzour : « Le Maroc, sous la conduite éclairée de SM le Roi, a prouvé (sa résilience) pendant la période de pandémie de manière intense avec une mobilisation extraordinaire »   
RM : « En termes d’intérêt pour l’investissement productif, le Maroc est dans une dynamique assez unique dans son histoire »

RM : « les Accords de Libre Echange sont un vecteur d’attractivité pour le Maroc »  

RM : « En 15 ans, le Maroc est passé d’une production de 10000 voitures avec un taux d’intégration de 20% à une capacité de production de 700000 voitures avec un taux d’intégration de 64% (Renault) »

RM : «Sans Plan d’Accélération Industrielle, le Maroc aurait eu du mal à gérer la crise de la pandémie de la Covid-19 »

RM : « On ne parlait pas du Maroc comme un pays industriel avant le PAI…Cette reconnaissance internationale est la preuve de la réussite du PAI. »               

RM : «les jeunes marocains sont de plus en plus conscients du Made in Morocco et veulent y participer en choisissant les métiers de l’industrie »

RM : «« Le Maroc n’a jamais été aussi attractif qu’aujourd’hui »

RM : «L’agilité dans la qualité de la formation va permettre au Maroc de monter en gamme en matière de process industriels »

RM : «La R&D automobile à Casablanca prouve la qualité technique du capital marocain »   
RM : « il est tout fait possible de transformer le Maroc dans les cinq à dix années à venir »

Un rapport édité par le Fond Monétaire International en avril 2022 dresse un tableau noir sur les perspectives de l'économie mondiale. La guerre en Ukraine a engendré des dommages économiques qui contribuent à un ralentissement significatif de la croissance mondiale en 2022 et à l'inflation.

Les prix des carburants et des denrées alimentaires ont rapidement augmenté, touchant plus durement les populations vulnérables des pays à faible revenu.

En 2021, la croissance au Maroc est estimée à 7,4%. En 2022, les projections de la croissance au Maroc sont entre 1,5 et 1,7%. Les hausses des prix des matières premières induites par la guerre et l'élargissement des pressions sur les prix, les chaines de valeur qui sont perturbées dans tous les écosystèmes…tout cela perturbe aussi bien les économies avancées que les économies émergentes et en développement.

Le Maroc a fait preuve de beaucoup de résilience pendant la pandémie. Les marocains ont découvert un Maroc agile, créatif et anticipatif.

Mr. Mezzour a été interpellé sur la gravité de la situation économique mondiale due à la guerre en Ukraine et sur la résilience ou non du Maroc pendant cette nouvelle crise. Sans la moindre hésitation, Mr Mezzour affirme que selon les premiers chiffres dont dispose son ministère, le Maroc sera beaucoup plus émergent dans les secteurs industriel et commercial que pendant la pandémie.

« En termes d’intérêt pour l’investissement productif, le Maroc est dans une dynamique assez unique dans son histoire » affirme Mr. Mezzour.  

Et de rappeler que le Maroc n’est jamais aussi bon que pendant les périodes de crises ou lorsqu’il est dos au mûr. « Le Maroc, sous la conduite éclairée de SM le Roi, l’a prouvé pendant la période de pandémie de manière intense avec une mobilisation extraordinaire » ajoute Mr. Mezzour. Le peuple marocain a ainsi découvert la capacité de l’Etat, du tissu industriel dans son ensemble, et des cerveaux marocains, à pouvoir répondre aux besoins du pays.

 Du 12 au 15 juin aura lieu la conférence ministérielle de l’Organisation Mondiale du Commerce à Genève. Le Maroc y est membre parmi 164 membres. Il s’agira de réfléchir sur le rôle du système de gestion du commerce mondial et des opportunités de son évolution dans la situation actuelle.

Mr. Mezzour a rappelé que l’OMC a été perturbé ces dernières années par les différentes guerres économiques à cause d’une mondialisation effrénée mais aussi à cause du protectionnisme, des barrières douanières, de l’augmentation des prix du transport de marchandises et des conséquences géographiques liées aux conflits.

Cela a eu pour conséquence la perturbation du système multilatéral de gestion du commerce mondial car sa crédibilité a été remise en cause par plusieurs parties prenantes, nous indique Mr. Mezzour. Il sera question pendant la réunion de l’OMC de réfléchir à une démondialisation partielle et à une transformation de ce système afin de garantir une meilleure fluidité des transactions bilatérales et multilatérales.



Suivez nous
 
Télécharger notre application


Nous lire


     Portail lodj.ma      Magazine Web   
Nous écouter


    Web radio     Spotify         Deezer      Apple podcast        Google podcast  
Nous voir


     Lodj Live     Youtube   ;  Dailymotion  



     A propos de nous     Charte Editoriale      CGU     Regie publicitaire      Proposer une vidéo & Wébinaire