lodj.tv

lodj.tv


Le doux commerce, une mort programmée ? - Par Gabriel BANON

Chaîne : Vodcasts
Partager | Exporter | Notez
Au début du XIXe siècle apparait pour la première fois dans le langage européen, le terme de libéralisme. Il exprime les doctrines des partis qui se crée autour d’une recherche de la garantie constitutionnelle des libertés individuelles, de l’essor économique et de la libre concurrence. Le grand let-motif du moment est d’assurer le bien-être de tous .

Dans le sillage de Montesquieu, Albert Hirschman, économiste allemand puis américain, dans son livre « Les passions et les intérêts » nous parle du modèle normatif du « doux commerce ». Il y développe qu’au XVIIe et XVIIIe siècles, la reconnaissance de la capacité du commerce à réguler les passions violentes, notamment politiques, a favorisé des comportements orientés par le gain et a donc aidé au développement du capitalisme dans l’Europe des Lumières.

Le « doux commerce » décrit par Montesquieu n’a rien d’une doctrine. Catherine Larrère, professeur de philosophie émérite française, spécialiste de la pensée de Montesquieu, reprend le fil tissé par ce dernier pour repenser la généalogie de son paradigme libéral. Il n’y a pas de volonté, chez Montesquieu de chercher à proposer des lois universelles ; mais à comprendre des logiques locales, ses règles spécifiques. Pour Montesquieu, le libéralisme ne fait pas appel à une anthropologie réductrice il est d’abord un positionnement politique, bien plus qu’économique.

 Le doux commerce par les relations commerciales entre des pays, crée des liens d'interdépendance entre ces derniers, et ces liens incitent les gouvernements à éviter les conflits armés.  Mais depuis Montesquieu, nos temps modernes ont bouleversé les paradigmes qui régissent nos économies contemporaines, en entrant, de gré ou de force, dans l’ère du tout-numérique ! Au siècle des Lumières, Montesquieu a été le premier à établir un lien entre douceur et commerce.

Il a observé les logiques, les règles, les attitudes et les conséquences de ce qui sera qualifié beaucoup plus tard de « doux commerce » par l’économiste américain Albert Hirschman, notamment dans son essai Rival Views of Market Society, paru en 1992.

Pour Montesquieu, il était clair que civilisation et commerce allaient de pair, tout comme le commerce et la communication. Les notions émises par Montesquieu demeurent fort pertinentes. Oui, le commerce est pacificateur, il permet et même impose l’ouverture au dialogue, aux relations, aux accords en tout genre entre les peuples.

Le philosophe a d’ailleurs écrit : « L’histoire du commerce est celle de la communication des peuples. » Montesquieu a également mis en évidence, que le commerce se définit à l’origine dans son sens étymologique premier, qui fait référence à une attitude, à une posture de curiosité et d’ouverture envers l’autre. Bossuet évoquait quant à lui le comportement des êtres de « bon commerce ». Des individus motivés par l’échange et par le lien, une forme d’amabilité, d’humanisme. Montesquieu insiste sur l’effet naturel du commerce qui est de porter la paix.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre chaîne sur YouTube : https://bit.ly/2UDicWw
En DIRECT - Suivez L'ODJ TV ici : https://bit.ly/3mrgSBE
Notre Web Radio en streaming : https://bit.ly/3gIR2FN
Notre site : https://www.lodj.tv/
Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/LODJMAROC
Suivez nous sur Twitter : https://twitter.com/lodjma
Groupe de presse Arrissala Maroc : https://arrissala.ma/



Suivez nous
 
Télécharger notre application


Nous lire


     Portail lodj.ma      Magazine Web   
Nous écouter


    Web radio     Spotify         Deezer      Apple podcast        Google podcast  
Nous voir


     Lodj Live     Youtube   ;  Dailymotion  



     A propos de nous     Charte Editoriale      CGU     Regie publicitaire      Proposer une vidéo & Wébinaire