lodj.tv

lodj.tv


Perdus dans le désert du Sahara - Par Ahmed NAJI

Chaîne : Vodcasts
Partager | Exporter | Notez
Double jeu en triangulation, Paris-Rabat-Alger, Tunis-Rabat-Alger, au choix et à tarif réduit. Dessertes pour Washington, Moscou, Madrid, Rome et Berlin assurées. Pékin et Tel-Aviv en option.


Toucher à l’affaire du Sahara… et s’intoxiquer. C’est la situation dans laquelle s’est récemment empêtré le président tunisien, Kaïs Saied, lorsqu’il reçut, en grande pompe le 26 août à Tunis, le chef des polisariens, Brahim Ghali, à l’occasion du 8ème sommet Japon-Afrique.

Inversement, le président français, Emmanuel Macron, qui fait tout ce qui est en son pouvoir pour éviter de se prononcer clairement à ce sujet, se doit pourtant d’admettre que l’affaire du Sahara lui colle comme un chewing-gum à la semelle.

« C’est une histoire d’amour » entre Paris, Alger et Rabat, qui a, le plus ordinairement pour un couple à trois, « sa part de tragique », pour paraphraser le président français, Emmanuel Macron.

Aussi, quand Tunis, Washington, Madrid et Berlin viennent y ajouter leurs « touches » propres, les choses ne peuvent qu’en devenir encore plus compliquée.

Et, de manière moins médiatique mais non moins influente, Moscou et Tel-Aviv manœuvrent en Méditerranée occidentale au mieux de leurs intérêts, à la marge du « Grand jeu » géopolitique en cours sur l’échiquier eurasiatique.

Blanc ou noir ?
L’insistance de SM Le Roi Mohammed VI à distinguer les pays amis du Maroc de ceux qui ne le sont pas vraiment, en fonction du critère de la reconnaissance de la marocanité du Sahara, est venue jeter une lumière crue sur certaines zones d’ombre soigneusement entretenues par des chancelleries de quelques pays prétendument partenaires du royaume.

Donald Trump n’est plus le président des Etats-Unis, mais sa décision historique de reconnaître la marocanité du Sahara, le 10 décembre 2020, suscite jusqu’à présent pas mal de gêne pour toutes les capitales qui se complaisaient dans l’indécision.

Comme ménager la chèvre et le chou, de manière à continuer de manger à tous les râteliers, n’est point une politique avouable, tous les pays qui veulent éviter de se prononcer sur la marocanité du Sahara se cachent soit derrière l’Union africaine, soit les Nations Unies.

Descente aux enfers
Kaïs Saied, dirigeant populiste à tendance autoritaire, ne cesse d’enfoncer la Tunisie dans les difficultés par ses politiques à courte vue.

En s’accaparant l’essentiel des pouvoirs, le président tunisien doit maintenant assumer seul les piètres résultats économiques de son pays.

La dette publique de la Tunisie devrait atteindre les 40 milliards de dollars et représente quelques 100% du Pib. Le taux de chômage dépasse les 18% et celui de la pauvreté tourne autour de 3,4%.

« Les perspectives économiques de la Tunisie restent hautement incertaines », précise la Banque mondiale dans son rapport de situation économique, datant d’avril 2022.

Pour une poignée de dinars
L’Algérie, 5ème client et fournisseur de la Tunisie, compte également parmi ses créanciers. Alger a déjà prêté à Tunis 150 millions de dollars en 2020 et 300 millions en 2021.

Il serait question d’un autre décaissement de 200 millions de dollars, en contrepartie de l’accueil officiel du polisarien Brahim Ghali.

Par mauvais calcul, Kaïs Saied a oublié de tenir compte de l’excédent commercial que la Tunisie réalise avec le Maroc, les deux pays maghrébins étant liés par un accord de libre échange vieux de 23 ans.

Les exportations tunisiennes vers le royaume représentent, en effet, le double de ses importations.

Le rugissement du lion
L’autre erreur du président tunisien est de se mettre en porte à faux par rapport à un autre de ses partenaires, et non des moindre : les Etats-Unis.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre chaîne sur YouTube : https://bit.ly/2UDicWw
En DIRECT - Suivez L'ODJ TV ici : https://bit.ly/3mrgSBE
Notre Web Radio en streaming : https://bit.ly/3gIR2FN
Notre site : https://www.lodj.tv/
Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/LODJMAROC
Suivez nous sur Twitter : https://twitter.com/lodjma
Groupe de presse Arrissala Maroc : https://arrissala.ma/



Suivez nous
 
Télécharger notre application


Nous lire


     Portail lodj.ma      Magazine Web   
Nous écouter


    Web radio     Spotify         Deezer      Apple podcast        Google podcast  
Nous voir


     Lodj Live     Youtube   ;  Dailymotion  



     A propos de nous     Charte Editoriale      CGU     Regie publicitaire      Proposer une vidéo & Wébinaire